Invisible Radiations

Invisible Radiations

0.00

La couverture immatérielle Invisible radiations 目に見えない放射線

Un ruban de papier japon peint en rose entoure le livre dont
la reliure est apparente. Il n’y a pas de pages de couverture. L’enveloppe de protection est en plastique noir avec deux rivets. Imprimé sur papier Arcoprint Milk sur presses o set à Bruxelles, en mars 2016.

Éditeur La Compagnie du Phoenix ASBL

Format 23x27 cm - 60 pages

Tirage

330 exemplaires avec dos carré collé cousu apparent
20 exemplaires signés et numérotés par l’artiste, avec reliure cousue main par Junko Hayashi
23 reproductions couleur

Langues Francais, japonais, anglais

Add To Cart

Textes par Cécile Massart et Ele Carpenter

Dessins, peintures, gravures et photos par Cécile Massart

C’est en mai 2015, après avoir levé de nombreuses contraintes, que le séjour dans la préfecture de Fukushima a pu s’organiser. L’artiste connaît déjà le site de déchets radioactifs de Rokkasho Mura. À son retour en 2003, Aldo Guillaume Turin écrit :
« (...) Et tout pour elle fut par conséquent marqué du signe de ce qu’au Soleil-Levant, où règne la civilité en apothéose, on appelle,
de façon directe, shuzaï : soit une entrevue, mais nuancée comme rencontre approfondie en dialogue. Avec ceux qu’elle a réussi non sans mal à joindre, à interroger, n’aura-ce été qu’une seule fois, l’artiste a établi un shuzaï, c’est-à-dire qu’elle a choisi de parcourir paysages, bords de mer, bourgades fatiguées, sites d’accumulation radioactifs en ôtant de son importance au but premier lors d’une conversation ou d’une réunion de travail, et cela a n de disposer un enchaînement de motifs visuels autour d’une mémoire plus vaste que sa mémoire, autour d’une parole collective où perce – derrière ses manifestations élaborées, en attente d’une traduction
– la amme d’un premier émoi ou d’un premier brasier d’angoisse. Les estimations optimistes n’étaient pas au rendez-vous,
les ténèbres polluantes enveloppent le palais de Rashomon. (...) »

Quatre années après la catastrophe de Fukushima, la gestion des déchets reste patente. Les photos de l’artiste témoignent de l’état de désolation de cette préfecture lointaine. Cependant dans le livre « La couverture immatérielle », c’est un travail graphique qui est proposé ainsi qu’une ré exion sur des lieux de rencontre, des shelter-studios pour les riverains des centrales nucléaires. Les shelter-studios sont des structures matérielles ou virtuelles ouvrant la possibilité d’une nuclear culture.

Pierre Loze Écrivain et journaliste

Composition graphique Emi Sakurai